05 juin 2010

B. Cendrars, Prose du Transsibérien et de la petite Jeanne de France

 

En quoi ce récit de voyage "en prose" est-il poétique?

Comment le poème illustre t'il le titre?

 

 

BAC: On étudie que de 1 à 25 alors que le poème fait 446 vers. Le poème est accompagné d'une peinture verticale de S. Delaunay: c'est l'idée de faire un premier livre simultané. Il est appelé un poème-tableau

 

Plan du texte: 

2 parties: 

- De 1 à 11: Impatience de l'adolescence

- De 12 à 25:  Impatience du poète, par ses essais poétiques

 

Plan du commentaire:

 

1) Un poème autobiographique plein d'humour

 

a.  Le voyage "en adolescence"et son habilité de vivre: " En ce temps là, j'étais en mon adolescence…" (v.1/2). Puias "à seize ans" -> il ne se souvient plus de son enfance.  

b.  L'enthousiasme de cette époque: les anaphores "J'étais"/ "J'avais" (x5) = accumulation (v.2-5), les chiffres: on passe de 16 à 16000 (v.3) -> exagération car un lieu= 4km (=excitation de l'adolescent) / "mille et trois" / "sept gares" car 7 est un chiffre sacré (+ chiasme)

c.  L'humour de ses débuts poétiques: sa maladresse aux vers 24/25 ( = jugement sur les images) , et est soumis à l'imitation aux vers 18/19

 

2) Une transfiguration poétique du voyage

 

a.  Le grossissement épique à travers la gourmandise (= aux contes d'enfants comme Hansel & Gretel): (v. 12-15) "Les tartares" (= peuples d'Asie mais aussi un gâteau), "un immense gâteau", le néologisme "Croustillé d'or", "amandes", "l'or mielleux" -> multiplication des allusions au domaine culinaire donc Moscou est transformée.

 

b.  La transformation culturelle avec les allusions à Dom Juan et ses conquêtes dans l'opéra de Mozart  "mil e tre" (v. 2-5), à un texte qu'il a écrit lui-même: "la légende de Novgorode" et à Baudelaire avec l'albatros (v.20)

 

c.  La transfiguration grâce à ses émotions d'adolescent: Il assimile sa personne et les lieux visités = une fusion (v. 7-9): "Que mon coeur, …, comme le temple d'Ephèse ou comme la place Rouge de Moscou,…" et "mes yeux éclairaient des voies nouvelles" (= phares de la locomotives)

 

Intro: Blaise Cendrars est un "personnage" aventurier. Il a écrit aussi bien des romans comme l'Or que des poèmes. Il nous livre ici un poème au titre provocateur, parlant de prose alors qu'il écrit en vers libres et associant deux époques éloignées, le Transsibérien et Jeanne d'Arc.

 

Conclusion: Ce voyage est autant extérieur qu'intérieur Ce qui le rend attachant est l'enthousiasme, le lyrisme et l'humour. Cette poésie est dynamique et saisie les choses à l'état naissant.

 

Posté par Premiere_S2 à 00:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur B. Cendrars, Prose du Transsibérien et de la petite Jeanne de France

    Merci pour ce blog vraiment enrichissant. En tout cas, je vais revenir vous rendre visite très prochainement. Amicalement,

    Posté par comparateur mutu, 25 avril 2013 à 10:58 | | Répondre
Nouveau commentaire